Mercato par

Thomas Meunier l'affirme, il a dix prétendants pour cet été

Commentaire(s)
Meunier évoque son avenir

Thomas Meunier, qui souhaite prolonger son contrat avec le Paris Saint-Germain, a confirmé avoir au moins de dix prétendants pour cet été. 

Alors qu'il présentait son nouveau projet, entre le football et l'art (ses deux passions), ce lundi matin à Anderlecht, Thomas Meunier a évoqué son avenir au cours d'un entretien pour Le Parisien. Le latéral belge, en fin de contrat en juin 2020, réitère ses envies de prolonger son contrat dans la capitale, lui qui n'est apparu qu'à 31 reprises cette saison (5 buts, 7 passes). 

"Ma prolongation ? C’est un peu en stand-by. Il y a beaucoup de choses qui se passent au club […] qui font que rien ne se fait et que ça va un peu au ralenti. C’est le football. Le club connaît mon idée de rester au Paris Saint-Germain. Je pense que si on n’a pas de retour, c’est que c’est aussi une solution qui peut les arranger" explique-t-il. "[Aller au bout de mon contrat], c’est quelque chose qui pourrait me convenir. Je ne pense pas que le club ferait énormément d’argent sur moi, à vrai dire. J’ai une valeur marchande, mais je suis défenseur, j’ai joué un match sur trois. Je vais sur mes 28 ans".

S'il a déjà fait part de son envie de prolonger auprès de sa direction, Meunier attend une prise de partie claire et nette de la part des dirigeants franciliens. "J’ai dit aux dirigeants que j’étais prêt à rester, que ça me plairait énormément. Ils ne m’ont pas dit : On veut absolument te vendre. Ils savent qu’à un moment ils auront besoin de moi. Si le club me dit : écoute, on veut te vendre, on a besoin d’argent, il y a le fair-play financier, et que je ne jouerai pas l’année prochaine, on trouvera une solution qui arrangera les deux camps, bien sûr". S'il semble être dans les petits papiers de Manchester United, ainsi qu'Arsenal, Meunier affirme qu'il n'y a aucun contact avancé. Toutefois, il reste très courtisé. "Il y a eu des coups de fil depuis janvier, avec des clubs intéressés. Il y a une dizaine de clubs, qui sont tous du top 5 de leur championnat". Paris a donc l'embarra du choix.