Mercato par

PSG/Neymar : Leonardo sort du silence et lui montre la porte de sortie !

Commentaire(s)
Leonardo (PSG), ici aux côtés de Nasser Al-Khelaïfi.

Dans une interview fleuve accordée au quotidien Le Parisien, Leonardo (49 ans), le nouveau directeur sportif du Paris Saint-Germain, a balayé l'actualité du moment du club de la Capitale. Le dirigeant brésilien a bien évidemment abordé le cas Neymar, annonçant clairement la couleur. La tendance se confirme : le ton se durcit dans les bureaux du Parc des Princes et le numéro 10 des Rouge-et-Bleu devrait en faire les frais.

Enfin, le PSG sort du silence dans l'affaire Neymar. Leonardo, le directeur sportif parisien, a profité d'une longue interview pour Le Parisien pour annoncer, clairement, la position du Paris Saint-Germain concernant Neymar. Le dirigeant brésilien montre très clairement la porte de sortie au numéro 10 parisien, qui a fait part à ses dirigeants de ses envies de départs. "Neymar vous a-t-il exprimé clairement ses envies de départ ? C'est clair pour tout le monde. Mais dans le football, tu dis une chose aujourd'hui et demain une autre… C'est incroyable mais c'est comme ça", a-t-il expliqué en préambule de son intervention, et de poursuivre : "Si j'ai parlé avec Neymar ? Je ne veux pas raconter tous les détails de la conversation. On a parlé avec son entourage aussi. Tout le monde sait tout. La position est claire pour tous les participants. Mais une seule chose est concrète aujourd'hui : il a encore trois ans de contrat avec nous. Et comme nous n'avons pas reçu d'offre, on ne peut discuter de rien", assure, d'entrée, le dirigeant brésilien.

Le directeur sportif parisien, qui a pris ses fonctions il y a un mois à peine, doit gérer l'un des plus gros dossiers de l'ère QSI. "Ça n'arrive pas seulement au PSG. Il y a des cas similaires dans les autres clubs. On entend partout, à Manchester ou ailleurs, que des joueurs veulent quitter leur club. Cela arrive aussi au PSG, c'est normal. Mais pourquoi faudrait-il que cela soit vécu comme un déshonneur ? Comme si le club n'avait pas réussi à convaincre le joueur de rester. Comme si c'était toujours de la faute du club", rappelle Leonardo. "Et dans le cas de Neymar qui est en retard à la reprise de l'entraînement, ce sera encore la responsabilité du club qui n'a pas su gérer ce problème ? Non. Si le joueur arrive en retard, c'est de sa faute. Après, il y a des procédures internes et on verra comment les choses se passent. Des joueurs qui ne se présentent pas le jour de la reprise, cela arrive ailleurs qu'au PSG".

"Ce n'est pas qu'une question de sentiments. C'est une question financière"

Le directeur sportif a ensuite confirmé avoir des contacts "très superficiels" avec le Barça. Il n'a, toutefois, "reçu aucune offre" sur la table. Interrogé sur les propos de Josep Maria Bartomeu, le président du club blaugrana, qui expliquait que les Parisiens n'étaient pas vendeurs, le Brésilien a retourné le problème vers les Catalans : "C'est lui qui le dit ça… Mais nous, on n'a pas vu que Barcelone était vraiment en position d'acheteur. Il faut parler et négocier, c'est tout. (...) Une date limite ? C'est une question importante effectivement. Que ce transfert se produise ou pas, cela change beaucoup de choses. Ensuite, un dossier de cette dimension n'est pas qu'une question de sentiments. C'est une question financière. Neymar peut quitter le PSG, s'il y a une offre qui convient à tout le monde. Mais à ce jour, on ne sait ni si quelqu'un veut l'acheter ni à quel prix. Tout cela ne se fait pas en un jour, c'est sûr…"

À l'instar des déclarations de Nasser Al-Khelaïfi, qui ne voulait plus de comportement de star, Leonardo invite les joueurs à partir s'ils n'ont pas envie de rester. "Le PSG veut compter sur des joueurs qui ont envie de rester et de construire quelque chose de grand. Nous n'avons pas besoin de joueurs qui feraient une faveur au club en restant ici. Je ne connais pas un club qui a gagné sur la durée avec un joueur plus fort que lui. Pour qu'un club puisse avancer, il doit avoir le contrôle sur tout. Y compris sur ses joueurs les plus importants". Le message est on ne peut plus clair.